Bienvenue sur Envie de Marcher !
Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute profiter de mon programme Je commence la marche : Cliquez ici pour accéder gratuitement au programme ! Merci de votre visite et à bientôt !

Avec l’âge, notre musculature fond et nous constatons naturellement une perte de la force. Elle est maximum vers 30 ans en moyenne, stable jusqu’à 50 ans et puis décroît. Nous constatons aussi une perte de souplesse de nos tendons et une diminution de la mobilité de nos articulations.

Mais il est possible de retarder ces phénomènes du vieillissement. Voyons ensemble tous les aspects de notre corps à surveiller pour préserver nos articulations en « bon état de marche ».

TENDONS :

Avec l’âge, les fibres de collagène de nos tendons diminuent en nombre et en dimension. Il est nécessaire de travailler leur souplesse (élasticité) et leur solidité. Le risque est de voir se créer des micro-fissures allant jusqu’à la rupture.

Ces souffrances peuvent être générées par :

  • des chocs directs
  • une utilisation en traction trop intense
  • les frottements répétés

Un bon moyen de faire travailler les tendons est de réaliser un travail excentrique c.a.d faire travailler le tendon en freinant le poids du corps lors d’un mouvement. Cette technique développe la résistance de la structure des tendons.

OS / ARTICULATIONS :

Avec l’âge, nous constatons :

  • un amincissement du cartilage
  • une perte de la mobilité
  • des douleurs

10% de la population de plus de 60 ans souffre d’arthrose. Cela occasionne une gêne fonctionnelle et de fortes douleurs.

Il faut se protéger des facteurs de risque que sont la surcharge pondérale et la sédentarité. Lorsque l’on a une arthrose, toutes les études montrent le bienfait de l’activité physique. Il faut tout de même faire attention de limiter les chocs. La marche, par exemple, a pour vertu d’entretenir les muscles autour des articulations. Cela ne va pas atténuer la douleur mais si un jour il doit y avoir une intervention chirurgicale, cela se fera dans de meilleures conditions. Même si l’arthrose est déjà là, les avantages de la marche sont plus importants que les inconvénients. Vous pouvez par exemple marcher 10.000 pas par semaine en vous aidant d’un podomètre. Veillez à bien choisir vos chaussures et vos semelles pour amortir les chocs.

A noter que 70% des risques d’arthrose de la hanche s’explique génétiquement et que le facteur d’obésité est le plus important pour l’arthrose du genou.

Par ailleurs, un déficit de Vitamine D peut amplifier le risque d’arthrose (*3 pour l’arthrose de la hanche). La vitamine D se génère via l’exposition de la peau au soleil. Un manque de soleil peut conduire à une carence de vitamine D. Par exemple 40% des parisiens de 45 à 60 ans souffrent de ce déficit. A titre préventif, il est donc conseillé de contrôler le taux de vitamine D dans l’organisme. La marche et la randonnée sont des solutions parfaites pour faire le plein d’oxygène et de soleil.

Le risque ostéoporose : Grâce au suivi de la densimétrie et des traitements associés, le risque de fracture du col du fémur à tendance à diminuer. Par exemple depuis les années 90, les USA constate 40% d’hospitalisations en moins grâce au suivi médical. Là aussi l’activité physique modérée mais répétée, en l’occurrence la marche, et une alimentation riche en calcium et vitamine D ont tendance à diminuer le risque d’ostéoporose.

Bien vieillir se prépare. Il est important de prendre les bons réflexes dès le plus jeune âge pour prévenir des maladies ostéo-articulaires. Notre première assurance contre les risques du vieillissement est de rester actif quotidiennement et de prendre soin de son corps.

Bonne marche et à bientôt sur EnvieDeMarcher.com !



L'article vous a plu ? Logo Ebook pour web form POP UP blog

Rejoignez les abonnés à la newsletter et recevez gratuitement mon guide L'équipement indispensable pour la marche sportive. Et en bonus la liste de 12 idées motivantes pour marcher autrement !